FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés

Telegraph magazine

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Marion Cotillard. Forum non officiel sur Marion Cotillard Index du Forum -> MARION COTILLARD -> PRESSES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
stéphanie



Inscrit le: 24 Fév 2008
Messages: 1 663
Localisation: rouen

MessagePosté le: 22/06/2009 15:26:58    Sujet du message: Telegraph magazine Répondre en citant

Marion est à la une de ce magazine:




Voici l'interview:
When Marion Cotillard was nine years old and growing up in the French city of Orléans, she had what might be described as a full-blown existential crisis. 'I didn't know where was my place anywhere -in school, with friends, with the other children,' she says in her faintly broken English. 'I was shy. I was more than shy. I think I started thinking about why I was here, and I couldn't find any answers, so it was very disturbing for me. I was not very happy because I wanted some answers. [It was] as if my brain had lost the innocence too quickly.'

The feeling that something was amiss persisted, even into her twenties. 'I was totally melancholic,' she says with gusto. 'When I think about this period, which was really long, now that I have enough love for myself I can watch this period and be touched by this child, but I couldn't bear being in that state of sadness.' The odd thing about it, she says, is that she has always had a close and loving family. 'Because my parents loved us, I couldn't dream of a better family, better brothers, better mother and father. But there was something, I don't know, something dark, really dark about me.'

Sitting in the penthouse suite of a fashionable hotel in downtown New York one recent afternoon, the 34-year-old star of La vie en rose - whose performance as Edith Piaf won her an Oscar in 2008 - doesn't strike you as a woman who has ever been racked with anxiety, even for a nano-second. For a start, she is quite exquisitely beautiful, with milk-white skin and wide, blue-grey eyes. There is also the matter of her style. Dressed in a charcoal-grey Proenza Schouler jacket, striped grey T-shirt, grey moleskin jeans and flat-heeled boots, she exudes the kind of nonchalant glamour that the French, particularly French actresses, are so prone to.

How could this naturally gorgeous, graceful woman feel anything other than totally confident in herself? She gives a little shrug. 'I didn't like myself. I don't know if someone who doesn't like themselves, I don't know if they have explanations, but that was what I was. I hated myself. I just had to live and find something, so that I would do something good and finally say, yeah, maybe I'm not that un-interesting person I think I am.' What finally stopped this business of not feeling good enough was acting. At 15 Cotillard went to drama school, where 'I found my place,' she says, shooting me a smile. 'And more than my place, I found the way I could express things.' On graduating, she made a promise to herself. 'I [decided] I would fight, that I would do everything that was possible, in a respectful way of course, to do what I wanted to do: to be an actress, just to be an actress.'

This reveals a number of things about Marion Cotillard: there is her propensity for complicated emotion (but then she is an actress, and French, after all); there is her sense that her intrinsic worth is indivisible from her acting; and there is her fierce commitment, the willingness to do whatever it takes.

'She is an artist who has a tremendously healthy ambition to do really great work,' Michael Mann, the director of her latest film, Public Enemies, says. Rob Marshall, who cast Cotillard alongside Daniel Day-Lewis, Nicole Kidman, Dame Judi Dench and Sophia Loren in his forthcoming film of the stage musical Nine (inspired by Fellini's 8½), says she is an example of someone whose dedication to the craft of acting far outshines her status as a celebrity.

'She's a great and real person who doesn't fall into the movie stardom cliché,' he says. 'She is an artist first and foremost, and I've never seen anyone work so hard in my life.' As Luisa Contini, the wife of Daniel Day-Lewis's film director Guido Contini, she sings and dances as well as portraying a great deal of emotional complexity. 'When you went into the rehearsal room, there she would be, working and working,' Marshall says. 'She was just living the role. Daniel Day-Lewis was absolutely blown away by her, as I was, as anybody was.'

All her qualities are on full display in Public Enemies, which is released next month. Michael Mann's film is a strange hybrid - an old-fashioned romance set at the centre of a violent gangster thriller that depicts the downfall of the legendary Chicago gangsters John Dillinger, Baby Face Nelson and Pretty Boy Floyd during the Great Depression. Cotillard plays Billie Frechette, the girlfriend of Johnny Depp's Dillinger, and the film reverberates with the chemistry between the pair. 'With Marion, she's totally authentic,' Mann says. 'You can give a great performance but you can't give the heart of an actress without real authenticity. She's committed and unselfconscious - she has complete artistic authenticity. You see that in different moments with other actors. Johnny has it. And with Marion, it's every look.'

Evelyn 'Billie' Frechette was an emotionally scarred, financially vulnerable woman, the daughter of a French father and a Native American mother, who lived on the Menominee Reservation in Wisconsin until the age of 13 - a life of great deprivation in the 1920s. For four years she attended a boarding school for Native Americans, moving to Chicago when she was 18 and living a hand-to-mouth existence as a dance hall girl and a dice girl before meeting Dillinger.

In preparation for the role, Cotillard talked to Wilma Mankiller, the Principal Chief of the Cherokee Nation from 1985 to 1995, as well as Michael Chapman, a member of the Menominee Indian Tribe of Wisconsin, and spent time in Las Vegas and Chicago, talking to girls working in nightclubs and bars. Cotillard also trained herself to speak in a French-Canadian-Wisconsin accent without a trace of her native tongue.

'It was the hardest thing, really, I've ever had to do. Even being old and depressed like Edith Piaf was much easier. The hardest thing was that I deeply knew that it wouldn't be perfect and it's - agh! It was something unbearable.' For four months she worked with a dialect coach every day, and during the three-month shoot, in true method style, spoke only in English, even to her family and friends.

'I couldn't speak French. No French. Even my French friends and my family when they called me, we would speak English.'

Cotillard has acting in her genes. Her father is the stage actor Jean-Claude Cotillard, her mother, Niseema Theillaud, is also an actress. They were, their daughter says in her charming English, 'the first in their family to take the artistic pact', and Marion is her parents' daughter. Even as a child, Cotillard knew that she would become an actress - 'I've always known it' - and cites her parents' influence as a deciding factor. 'They really developed our imagination in many ways.' They raised Marion and her younger twin brothers, Quentin and Guillaume, in a loving, noisy, bohemian household, first in a suburb outside Paris, and then in Orléans - a time Cotillard describes as 'magical'. She recalls how she and her brothers would be allowed to draw and paint on the walls of the family home and how her parents read them fairy tales and invented stories in which they participated.

'I was fascinated by this world of telling stories, of having a different day every day. And my parents were - still are - passionate people, and to be raised with passionate people who open the door of your imagination and your creativity, I think it's why I am an actress now.'

She made her first film appearance at the age of five, in a production by one of her parents' friends, and a few years later there followed parts in two small television films, again made by a friend of the family. But she didn't take up acting seriously until she was 15, when she entered the Conservatoire d'art dramatique in Orléans. On graduating, she dived into work, over the next half decade or so appearing in many French television and film productions, including Luc Besson's blockbuster Taxi series, but despite her success - by now she had become a notable actress in France - the work did not satisfy her. 'I was doing movies and I was not happy, I wanted more than what I had. I started to feel that I had some anger that it wouldn't be fast enough, that I wouldn't do [good roles], and I started getting jealous. It's not very constructive for me to be jealous, so I told myself, OK, I'm going to take some time off.

I don't want to wait for the phone, I don't want to do things just to earn money, because a passion shouldn't be like that.' And then, as is so often the way with these things, at the critical moment the life-changing call came. 'Tim Burton offered me the role in Big Fish, and this was exactly what I wanted.' She pauses to clarify herself. 'It was not "exactly", it was much more than I had dreamt of. And then I told myself, you wanted to leave, and here comes something so fulfilling, so maybe you should think twice! Maybe it's actually your right place to be an actress.'

Big Fish (2003), in which Cotillard plays the pregnant wife of Billy Crudup, marked Cotillard's debut in an American production and established her in the international eye. There followed a series of shimmering performances, the most powerful of which were those in which she portrayed characters with some form of psychological disturbance: the wild, thrill-seeking girlfriend of Guillaume Canet in the 2003 film Love Me If You Dare, in which the lovers end up drowning in cement; the unhinged, murderous prostitute Tina Lombardi in A Very Long Engagement (2004), in which she acted the better-known Audrey Tautou off the screen and landed a César Award for the performance. But it was the world-conquering biopic La vie en rose, released in 2007, that gave us the full measure of her as an actress.

The French singer Edith Piaf, who was abandoned as a child by both parents, brought up in a brothel by her grandmother, and lived as a street urchin before finding fame, led a roller-coaster life of vertiginous highs and lows, marred in its final years by her morphine addiction, and the deaths of her only child and of her lover, the boxer Marcel Cerdan. The writer and director Olivier Dahan spared none of the details, and as Piaf Cotillard delivered an extraordinary feat of metamorphosis, managing to appear a foot shorter than her 5ft 6in frame and, though she was 32 at the time, playing Piaf from the age of 17 to her death from cancer at 47 with total conviction. It was, according to the American film critic Stephen Holden, 'the most astonishing immersion of one performer into the body and soul of another that I have ever encountered in film', and Cotillard went on to win a Bafta, a Golden Globe and a César, and became only the second French actress to win an Oscar - and the first to win it for a performance in the French language.

Playing Edith Piaf, Cotillard tells me, changed more than just her career prospects. 'I've never gone so deeply in someone's emotions, so it affected, but in a good way, my emotions. I went deep somewhere that it has awakened things that I had hidden because it was too hard to face. And after the movie I started to face those things I was afraid of. I had to get rid of a lot of my fears.' What sort of fears? 'I am not very good at expressing myself in a simple way so it can create mis-understandings and I hate that. And I fight and… there are a lot of situations where if I could have handled it at the time it would have gone, and I didn't because I'm afraid of confrontation, I'm always afraid to express myself in the wrong way and to be misunderstood and to give something of an image of myself that I'm not. So most of the time I don't say anything because of being fearful of being wrong. And with Piaf, suddenly I wanted to face my fear, because I know that when you face your fears it disappears for real.'

Marion Cotillard may be a woman assailed by vulnerability and anxieties, but in her acting life she is nothing but formidable. 'She likes to dive into something that's not comfortable. I really feel that she's fearless in that way,' Rob Marshall says. 'She can become so many things.' Michael Mann agrees: 'She can do everything. She can do absolutely anything.' As the new face of Dior, she recently shot The Lady Noire with Olivier Dahan, a short film in which she plays a Hitchcock-style femme fatale.

She has a number of films in the pipeline, including Christopher Nolan's sci-fi action thriller Inception, in which she stars opposite Leonardo DiCaprio, and Karim Dridi's Le dernier vol de Lancaster (The Last Flight of Lancaster), based on a novel of the same name. In the French film she stars alongside her boyfriend, the French actor and director Guillaume Canet - he won a César for his film Tell No One - with whom she lives in Paris and whom she met when they starred together in Love Me If You Dare. On the subject of Canet, who was formerly married to the German model-actress Diane Kruger, she is uncharacteristically buttoned-up.

When I ask if she is still in a relationship with a well-known French actor she looks coy and then laughs. 'Yeah, I am. I'm not a liar. I couldn't say no, because if he reads that he will call and say, "Eh, what's going on?" ' But later, when discussing her film projects, she can't help giving herself away when she proudly mentions a forthcoming role in 'a French movie, with the director of Tell No One, Guillaume Canet'. She slides me a look, and then lets out a raucous belly laugh. 'Voilà!'

Towards the end of our interview Cotillard says that she would like to take some time off and settle down, ideally in the French countryside. 'You can't work all your life,' she says, then adds apologetically, 'I was thinking, of course, about my life, which is a lucky, lucky, lucky life. I have the choice to take a big break and I have to do that. I want to have babies so I must take some time to have babies.' In this she was given good counsel by Daniel Day-Lewis. 'He gave me one advice. Take care of my life. Don't work too much. He's right.

And that's why you have to come back to your life, because it is in your life where you can find the desire to tell someone a story, and if you don't live your life then you are not interesting any more, because what will you tell? If I'm always in different stories which are not mine I'll be lost and I'll be poor. Poor of my own life. And I don't want that.' She continues, warming to her theme: 'There are so many things that I want to do, that I don't do, that I could do, but sometimes I'm too tired to after a working day… I need to have some time to do all the things I really care for. So at some point I will have to sit, be pregnant, and do a lot of things! That's the plan.'
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 22/06/2009 15:26:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Audrey



Inscrit le: 23 Juil 2008
Messages: 141
Localisation: Strasbourg, France

MessagePosté le: 22/06/2009 17:27:42    Sujet du message: Re: Telegraph magazine Répondre en citant

stéphanie a écrit:

Towards the end of our interview Cotillard says that she would like to take some time off and settle down, ideally in the French countryside. 'You can't work all your life,' she says, then adds apologetically, 'I was thinking, of course, about my life, which is a lucky, lucky, lucky life. I have the choice to take a big break and I have to do that. I want to have babies so I must take some time to have babies.' In this she was given good counsel by Daniel Day-Lewis. 'He gave me one advice. Take care of my life. Don't work too much. He's right.

And that's why you have to come back to your life, because it is in your life where you can find the desire to tell someone a story, and if you don't live your life then you are not interesting any more, because what will you tell? If I'm always in different stories which are not mine I'll be lost and I'll be poor. Poor of my own life. And I don't want that.' She continues, warming to her theme: 'There are so many things that I want to do, that I don't do, that I could do, but sometimes I'm too tired to after a working day… I need to have some time to do all the things I really care for. So at some point I will have to sit, be pregnant, and do a lot of things! That's the plan.'


En lisant ça je peux pas m'empêcher d'imaginer une mini-Marion et un mini-Guillaume qui se chamailleraient et se tireraient les cheveux Mr. Green
Ce serait le truc le plus cutissime du millénaire =P

Merci pour l'interview, elle est géniale =).
Revenir en haut
stéphanie



Inscrit le: 24 Fév 2008
Messages: 1 663
Localisation: rouen

MessagePosté le: 22/06/2009 17:42:57    Sujet du message: Telegraph magazine Répondre en citant

Moi aussi j'adorerais voir un bébé Marion-Guillaume!
Revenir en haut
Kris...M.M...JTM



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 593

MessagePosté le: 22/06/2009 21:33:59    Sujet du message: Telegraph magazine Répondre en citant

=D merci mais je ne comprend rien ^^ aaa2
Revenir en haut
Alexandra
Administrateur


Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 772
Localisation: PARIS

MessagePosté le: 23/06/2009 09:44:25    Sujet du message: Telegraph magazine Répondre en citant

Merci Stéphanie je l'ai rajouté, j'ai essayé de traduire l'article, j'ai un peu laché vers la fin lol

Quand Marion Cotillard arrive à l'âge de neuf ans dans la ville française d'Orléans, elle le vit comme une véritable crise existentielle. «Je ne savais pas où était ma place, n'importe où dans l'école, avec des amis, avec les autres enfants», dit-elle dans son anglais légèrement cassé. «J'étais timide. J'ai été plus que timide. Je pense que j'ai commencé à réfléchir sur les raisons pour lesquelles je suis venu ici, et je n'arrivais pas trouver de réponses, c'était trés troublant pour moi. Je n'étais pas heureuse, parce que je voulais des réponses, comme si mon cerveau avait perdu son innocence trop rapidement. "

Le sentiment que quelque chose n'allait pas persiste, encore à 20 ans. «J'ai été totalement mélancolique». «Quand je pense à cette période, qui a été vraiment longue, maintenant que j'ai assez d'amour pour moi, je peux regarder cette période et être touché par cette enfant, mais je ne pouvais pas supporter d'être aussi triste." La chose étrange à ce sujet, dit-elle, c'est qu'elle a toujours eu une relation étroite et aimante avec sa famille. «Parce que mes parents nous ont aimés, je ne pouvais pas rêver d'une meilleure famille, de meilleurs frères ou de meilleurs parents. Mais il y avait quelque chose, quelque chose de sombre en moi."

Assise dans la suite d'un hôtel au centre-ville de New York cet après-midi, à 34 ans la star de "La vie en rose" a remporté son Oscar en 2008 - mais pour autant elle reste la proie de l'anxiété. Pour commencer, elle est vraiment jolie, avec une jolie couleur de peau et de larges yeux, gris-bleu. Il est aussi question de son style. Vêtu d'une veste couleur charbon de bois gris-Proenza Schoule, d'un t-shirt rayé gris, un jeans gris Moleskin et des bottes à talons plats. Elle respire le genre de nonchalante et glamour à la Française.

Quoi de plus beau, qu'une femme qui n'a pas tout à fait confiance en elle-même? Elle donne un petit haussement d'épaules. «Je ne sais pas. Jje ne sais pas si il existe des explications, mais c'est ce que j'étais. Je me détestais. Je viens de trouver quelque chose à vivre, alors que je ferais quelque chose de bien, et enfin dire, oui, peut-être que je ne suis pas un intéressante, je pense que c'est le cas." Qu'est-ce que finalement mis fin à cette emprise de ne pas se sentir assez bien. A 15 ans, Marion est allée dans des cours de théâtre, où «J'ai trouvé ma place», dit-elle en souriant. »Et plus que ma place, j'ai trouvé la façon dont je pouvais exprimer les choses." Le diplôme en poche, elle s'est faite une promesse. «Je vais lutté, je ferais tout ce qui est possible, dans un respect bien sûr, de faire ce que j'ai vraiment envie de faire : être actrice, et je viens de devenir une actrice."

Cela révèle un certain nombre de choses à propos de Marion Cotillard, elle est compliqué (mais alors elle est une actrice, et française, après tout), il y a une association particulière avec valeur intrinsèque et ses actes. Cette volonté de faire tout ce qu'il faut.

«Elle est une artiste avec une très noble ambition, celle de beaucoup travailler", Michael Mann, le réalisateur de son dernier film, Public Enemies, dit. Rob Marshall, qui a mis en scène Cotillard aux côtés de Daniel Day-Lewis, Nicole Kidman, Dame Judi Dench et Sophia Loren dans son prochain film de la comédie musicale Nine, il dit qu'elle est un exemple de dévouement à l'art, en agissant ainsi, elle surpasse son statut de célébrité.

«Elle est une grande et vraie personne qui ne rentre pas dans le film célèbre cliché», dit-il. «Elle est une artiste d'abord et avant tout, et je n'ai jamais vu quelqu'un travailler aussi dur dans ma vie." Comme Luisa Contini, l'épouse de Daniel Day-Lewis le réalisateur Guido Contini, elle chante et danse, et possède une grande complexité émotionnelle. «Elle était tout le temps dans les salles de répétition, travail et encore travail», dit Marshall. «Elle était juste dans ce rôle. Daniel Day-Lewis a été complètement soufflé par elle, comme tout le monde l'était. "

Toutes ses qualités sont aussi à l écran dans Public Enemies, sorti le mois prochain. Le film de Michael Mann est un étrange hybride - une ancienne romance fixé au centre d'un violent gangster thriller qui décrit la chute de la légendaire gangsters de Chicago John Dillinger, Baby Face Nelson et Pretty Boy Floyd durant la Grande Dépression. Cotillard joue Billie Frechette, la petite amie de Johnny Depp (Dillinger), et le film marche grâce à la chimie entre les deux. Marion est totalement authentique», dit Mann. Elle est engagé et inconsciente, elle a l'authenticité artistique.

Evelyn 'Billie' Frechette est une personne sensible, financièrement elle est vulnérables, elle est la fille d'un père français et d'une mère amérindienne, qui vivaient sur les Menominee dans le Wisconsin jusqu'à l'âge de 13 ans - une vie de grand dénuement dans les années 1920. Pendant quatre ans, elle a fréquenté un pensionnat pour les Amérindiens, en passant à Chicago où elle à l'age de 18 ans, elle décide de tout quitter et de travailler dans salle de danse, elle aura une petite fille avant de rencontrer dés Dillinger.

Pour la préparation de ce rôle, Cotillard a parlé à Wilma Mankiller, le principal chef de la nation Cherokee de 1985 à 1995, ainsi que Michael Chapman, un membre de la tribu des Indiens Menominee Wisconsin, et a passé du temps à Las Vegas et Chicago, à parler avec les filles qui travaillent dans des boîtes de nuit et dans les bars. Cotillard s'est également formé toute seule à l'accent canadien-français- Wisconsin sans laisser de traces de sa langue maternelle.

«C'était la chose la plus difficile, vraiment, je n'ai jamais eu plus dure à faire. Même en étant vieille et déprimée, comme Edith Piaf a été beaucoup plus facile. Le plus dur a été de savoir que l'accent ne saurait pas parfait - Agh! C'est quelque chose d'insupportable. " Pendant quatre mois, elle a travaillé avec un coach dialecte chaque jour, et pendant le tournage pendant trois mois, elle n'a parlé qu'anglais, même à sa famille et ses amis.

«Je ne pouvais pas parler français. Non français. Même mes amis français et ma famille quand ils m'appelaient, on parlait anglais ".

Son père est acteur de thêatre et metteur en scène, Jean-Claude Cotillard, sa mère, Niseema Theillaud, est également une actrice. Ce sont les premiers de la famille à tenir le pacte artistique », et Marion est bien la fille de ses parents. Même lorsqu'on est enfant, Cotillard savait qu'elle allait devenir actrice - «J'ai toujours connu» - et dit que ses parents ont été une influence déterminante. «Ils ont vraiment développé notre imagination de pleins de façons." Ils ont soulevé Marion et ses jeunes frères jumeaux, Quentin et Guillaume, dans l'amour, faire du bruit, la bohème des ménages, d'abord dans une banlieue de Paris, puis à Orléans - un temps Cotillard décrit comme "magique". Elle raconte comment elle et ses frères étaient autorisés à dessiner et à peindre sur les murs de la maison et de la façon dont ses parents, lisaient mes contes de fées et inventer des histoires dans lesquelles ils participaient.

«J'ai été fasciné par ce monde, raconter des histoires, d'avoir une version différente chaque jour. Et mes parents étaient - encore - passionnés, et d'être élevé avec des gens passionnés qui ont ouvert la porte de votre imagination et de votre créativité, je pense que c'est la raison pour laquelle je suis une actrice maintenant. "

Elle a fait sa première apparition au cinéma à l'âge de cinq ans, dans une production des amis à ses parents, et quelques années plus tard, il a participé à deux petits films de télévision, de nouveau produit par un ami de la famille. Mais elle n'avait pas pris au sérieux ces expériences jusqu'à ce qu'à l'âge de 15 ans, quand elle entre au Conservatoire d'art dramatique à Orléans. Le diplôme en poche, elle s'est plongé dans le travail, au cours des 10 prochaines années, elle apparait dans de nombreux films français de télévision et ses productions de films, y compris de Luc Besson "Taxi" , mais malgré son succès - elle était devenue une grande actrice en France - elle était encore insatisfate. «Je faisais des films mais je n'étais pas heureuse, je voulais plus que ce que j'avais. J'ai commencé à sentir que je n'avais que de la colère, je pensais que je ne ferais pas [de bonne rôles]. Ce n'est pas très constructif pour moi d'être jalouse, alors je me suis dit, OK, je vais prendre un congé.

Je ne veux pas attendre le téléphone, je ne veux pas faire des choses juste pour gagner de l'argent, parce que la passion ne devrait pas être comme ça. " Et puis, comme c'est souvent le cas, au moment critique la vie m'a souris. «Tim Burton m'a offert un rôle dans Big Fish, et c'est exactement ce que je voulais." Elle s'arrête de clarifier. «Il a été beaucoup plus que je l'avais rêvé. Et puis je me suis dit, tu voulais partir, et voilà quelque chose, un 'accomplissement, alors peut-être que tu devrais réfléchir à deux fois ! Peut-être que c'est effectivement ta vie lieu d'être une actrice. "

Big Fish (2003), dans laquelle Cotillard joue la femme enceinte de Billy Crudup, Cotillard a marqué ses débuts dans une production américaine, elle s'est ouverte à l'internationale. Il s'en est suivi une série de performances, le plus puissant de ceux qui ont été au cours de laquelle elle dépeint des personnages avec une certaine forme de perturbation psychologique: la nature, la recherche de sensations fortes petite amie de Guillaume Canet en 2003 le film "Love Me If You Dare", dans lequel le les amoureux finissent par se noyer dans le ciment, la défaite, la prostituée meurtrière Tina Lombardi dans "Un long dimanche de fiançailles" (2004), dans lequel elle a le mieux connu, Audrey Tautou hors éran et a décroché un César pour le Prix de la performance dans une second rôle. Mais c'est la conquête du monde avec " La vie en rose", sorti en 2007, qui nous a donné la pleine mesure de son talent de comédienne.

La chanteuse française Edith Piaf, qui a été abandonné comme un enfant par les deux parents, élevé dans une maison de prostitution par sa grand-mère, et vécu comme un oursin des rues avant de trouver la gloire, a dirigé un roller-coaster de vie des hauts et des bas vertigineux, marquée dans sa dernières années par son addiction morphine, et la mort de son seul enfant et de son amant, le boxeur Marcel Cerdan. L'écrivain et réalisateur Olivier Dahan épargné aucun des détails et, comme Piaf Cotillard a rendu un exploit extraordinaire de la métamorphose, de la gestion d'apparaître un pied plus court que son 5ft 6in cadre, et, si elle était de 32 à l'époque, de jouer Piaf à partir de l'âge de 17 à sa mort d'un cancer à 47 ans avec une totale conviction. Il a été, selon le critique de cinéma américain Stephen Holden, "le plus étonnant en immersion d'un artiste dans l'âme et le corps d'un autre que j'ai jamais rencontrées dans le cinéma», et Cotillard a remporté un Bafta, un Golden Globe et d'un César, et il est devenu seulement la deuxième actrice française à remporter un Oscar - et le premier à remporter pour un spectacle en langue française.

Lecture Edith Piaf, Cotillard me dit, a changé plus que ses perspectives de carrière. «Je n'ai jamais été si profondément dans les émotions de quelqu'un, de sorte qu'il touchés, mais dans le bon sens, mes émotions. Je suis allé quelque profonde qu'elle a éveillé des choses que je l'avais caché, car il était trop difficile à relever. Et après le film, j'ai commencé à faire face à ces choses que j'ai peur. J'ai dû me débarrasser de beaucoup de mes craintes. " Quel type de craintes? «Je ne suis pas très bon à m'exprimer de manière simple afin de pouvoir créer des erreurs de compréhension et je déteste ça. Et je lutte ... et il ya beaucoup de situations où, si je pouvais avoir manipulé à l'époque, il aurait disparu, et je ne l'ai pas parce que j'ai peur de la confrontation, j'ai toujours peur de m'exprimer dans la mauvaise cours et d'être mal et de donner quelque chose d'une image de moi que je ne suis pas. Ainsi, la plupart du temps, je ne dis rien car de peur de se tromper. Et avec Piaf, tout à coup je voulais faire face à ma peur, car je sais que lorsque vous faites face à vos peurs, il disparaît pour de vrai. "

Marion Cotillard mai être assailli par une femme, la vulnérabilité et les angoisses, mais en agissant de sa vie, elle n'est rien, mais formidable. «Elle aime à plonger dans quelque chose qui n'est pas confortable. J'ai vraiment l'impression qu'elle a peur de cette manière », affirme Rob Marshall. «Elle peut devenir beaucoup de choses." Michael Mann reconnaît: «Elle peut tout faire. Elle peut faire n'importe quoi. " Comme le nouveau visage de Dior, elle a récemment était la Dame Noire avec Olivier Dahan, un court-métrage dans lequel elle joue un Hitchcock de style femme fatale.

Elle a un certain nombre de films dans le pipeline, y compris Christopher Nolan's thriller d'action du début, dans laquelle elle a opposé étoiles Leonardo DiCaprio, et de Karim Dridi, Le dernier vol de Lancaster (Le dernier vol de Lancaster), sur la base d'un roman de la même nom. Dans le cinéma français, elle étoiles aux côtés de son petit ami, l'acteur et réalisateur français Guillaume Canet - il a remporté un César pour son film Ne le dis à personne - avec qui elle vit à Paris et qu'elle a rencontré lors de leur vedette dans Love Me If You Dare. Sur le thème de Canet, qui était auparavant marié à l'actrice-modèle allemand Diane Kruger, elle est boutonnée uncharacteristically-up.

Lorsque je demande si elle est toujours avec un célèbre acteur français, elle semble sourire puis rire. 'Yeah, toujours. Je ne suis pas une menteuse. Je ne pouvais pas dire non, parce que sinon il va m'appeler et de me dire: «Eh, qu'est ce qui se passe?" "Mais lorsqu'on parle de ses projets de films, elle ne peut pas s'empêcher de raconter elle-même pas ses futurs projet, celui dont elle est le plus fière : "un film français, avec le directeur de Tell No One, Guillaume Canet. Elle se met alors à rigoler et dit : "Voilà!"

Vers la fin de notre entretien Cotillard dit qu'elle aimerait prendre du temps et de s'installer, de préférence dans la campagne française. «Vous ne pouvez pas travailler toute votre vie», dit-elle, puis elle ajoute, «je pensais, bien sûr, avoie la chance de vie. J'ai le choix de prendre un gros break et je dois le faire. Je veux avoir des enfants et je dois prendre un certain temps " En cela, elle a reçu de bons conseils de Daniel Day-Lewis. «Il m'a donné un conseil. Prendre soin de ma vie. Ne pas travailler trop. Et il a raison.

Et c'est la raison pour laquelle vous devez revenir à votre vie, car votre vie c'est l'envie de raconter une histoire à quelqu'un, et si vous ne vivez pas votre vie, elles ne seront pas intéressantes, pas plus ? Si je raconte toujours dans les différentes histoires qui ne sont pas de moi, je vais être perdu. Pauvres de ma propre vie. Et je ne veux pas que. " Elle continue : «Il ya tellement de choses que je veux faire, que je ne fais pas, que je pourrais faire, mais parfois je suis trop fatigué après une journée de travail ... j'ai besoin d'avoir du le temps de faire toutes les choses que j'ai vraiment besoin. Donc, à un moment donné je vais m'asseoir, être enceinte, et faire beaucoup de choses ! That's the plan. "
_________________
Marion Cotillard
www.marion-cotillard.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kris...M.M...JTM



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 593

MessagePosté le: 24/06/2009 19:45:07    Sujet du message: Telegraph magazine Répondre en citant

TROOOOP COOOOL mercii beaucoup Smile
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/08/2017 05:58:26    Sujet du message: Telegraph magazine

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Marion Cotillard. Forum non officiel sur Marion Cotillard Index du Forum -> MARION COTILLARD -> PRESSES Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.